Le CPF de transition, un enjeu pour les salariés, un objectif pour le gouvernement !

Présenté comme un « véritable Big Bang de la Formation Professionnelle », le CPF de transition entrera en vigueur au 1er janvier 2019. Même si des décrets   sont encore attendus pour en connaître les modalités d’application, le CPF de transition vise à accompagner les salariés dans un marché du travail en pleine (r)évolution. 

La formation professionnelle, un enjeu essentiel pour le gouvernement

Lors des élections présidentielles de 2017, le candidat, Emmanuel Macron, insistait sur l’importance de réformer en profondeur le système de l’apprentissage et de la formation professionnelle en France. Quelques jours après son élection, le Président de la République réaffirmait son envie d’un véritable Big Bang de la Formation Professionnelle. Ce projet est devenu une réalité depuis le 06 septembre 2018, date de publication au Journal Officiel de la loi portant Réforme de l’Apprentissage et de la Formation Professionnelle (Retrouvez l’intégralité de la loi sur le site de Legifrance). Le titre 1er de la loi (« Vers une nouvelle Société de Compétences ») donne le ton et définit l’essence même de cette réforme. Aujourd’hui, les salariés ont besoin d’outils pour répondre à leurs attentes et envies de reconversion. C’est pour répondre aux nouvelles spécificités du marché du travail, que le CPF de transition est appelé à remplacer, dès 2019,  le CIF, le Congés individuel Formation.

Accompagner les salariés vers une nouvelle société des compétences

Des décrets d’application sont certes encore attendus aujourd’hui pour définir plus précisément le fonctionnement du CPF de transition. Toujours est-il, que les grands axes sont désormais connus, et que tout salarié pourra désormais prétendre à :

  • Une formation pour répondre aux exigences du marché du travail
  • Un bilan de compétences pour définir un projet de reconversion professionnelle
  • Une formation professionnelle pour être plus en phase avec les attentes du profil de son poste
  • Une formation professionnelle pour envisager une réorientation professionnelle

Les possibilités, données aux salariés, sont plus nombreuses et variées avec un objectif ultime : faciliter l’évolution vers un marché du travail basé sur les compétences. Murielle Pénicaud,  Ministre du Travail, résume parfaitement la philosophie de cette réforme en expliquant : « Notre ambition, construire une société de compétences. La compétence est une nécessité, un droit, une chance. »

La reconversion, une nouvelle exigence prise en compte par la formation professionnelle

Pour faciliter cette transformation nécessaire, le CPF ne sera plus alimenté en heures mais en euros et chaque salarié pourra désormais l’utiliser sans intermédiaire. Individualisation et libéralisation, voilà donc les avancées de ce CPF nouvelle génération, mais aussi les promesses de ce nouveau CPF de transition.  Les organismes de formation proposent d’ores et déjà des formations professionnelles, éligibles au CPF , et la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel »  répond déjà aux attentes formulées par les salariés eux-mêmes, qui ont compris que la formation professionnelle et les possibilités de reconversion seront à l’avenir les piliers d’une carrière professionnelle réussie et épanouie.

Il reste maintenant à attendre les décrets d’application et notamment le lancement de la grande application mobile, qui devrait permettre à tout un chacun de choisir, seul, sa formation qualifiante ou diplômante.