Réforme de la formation professionnelle : le panorama des principaux changements à venir !

Parce que les économies modernes impliquent une transformation profonde du marché du travail, le gouvernement a entamé, depuis 2016, de vastes réformes. Le Code du travail a déjà été remanié, et pour préparer les salariés de demain à des métiers en pleine mutation, ou même à de nouvelles professions, n’existant pas aujourd’hui, une réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage est en cours de discussion devant le parlement. Qualifié de véritable « big bang de la formation professionnelle « par la Ministre du Travail, Mme Muriel Pénicaud, ce projet de loi devrait être adopté définitivement avant l’automne prochain. Les principales mesures visant à la formation professionnelle consistent à simplifier et à élargir les droits accessibles à toutes et tous. La formation professionnelle est ainsi redéfinie comme étant à la base de l’acquisition de compétences ; ces compétences, qui sont indispensables à la qualification et donc à l’emploi.  

La monétisation du Compte Personnel de Formation

Le Compte personnel de Formation (CPF) ne sera plus alimenté en heures mais en euros à hauteur de 500 € par an. En 10 ans, le plafond de 5000 € sera donc atteint, même si des abondements par les entreprises seront possible. Pour favoriser la formation professionnelle des salariés les moins qualifiés, ces derniers bénéficieront de 800 € par an (plafonnement à 8000 €), devant leur permettre d’évoluer plus rapidement pour changer de catégorie professionnelle.

Des formations professionnelles prévues pour le plus grand nombre

Si les salariés à temps plein bénéficient de ces nouveaux droits, ceux, exerçant à mi-temps ou plus, sont aussi concernés. Leur CPF sera alimenté dans les mêmes conditions que les salariés temps plein. Représentant 80 % des contrats de travail à temps partiel, les femmes bénéficient ainsi d’un accès plus facile à ces formations.

Des formations longues plus accessibles

Le CPF de transition  devra permettre de financer des formations longues, destinées, pour un salarié, à changer d’orientation professionnelle. Pour changer de métier, ce CPF de transition pourra notamment être abondé par les entreprises pour les salariés ne disposant pas du crédit nécessaire sur leur compte personnel de formation.

Faciliter le choix et la compréhension des formations proposées

La formation professionnelle devrait aussi devenir plus compréhensible et plus pragmatique pour toutes et tous. Une application mobile permettra aux utilisateurs de connaitre ses droits acquis mais aussi d’accéder aux informations sur les formations certifiantes notamment. L’inscription et le paiement de ces formations sera possible sans nécessiter le recours à une tierce partie.

Mieux accompagner les salariés pour améliorer l’efficacité de la formation professionnelle

Un conseil en évolution professionnelle accompagnera les salariés dans leur projet d’évolution. De l’évaluation des compétences au choix de la formation, ce nouveau service de conseils doit permettre d’effacer les inégalités et de rendre l’information accessible à tous.

Renforcer la formation des demandeurs d’emplois

Les demandeurs d’emplois seront bénéficiaires d’actions plus ciblées, avec notamment une identification de leurs besoins et de leurs aspirations dans le 1er mois de leur inscription. Des remises à niveau des compétences de base mais aussi des savoirs numériques seront systématiquement proposés.

Un financement plus accessible pour les TPE et PME

Un système de mutualisation financière (pour la prise en charge des formations des TPE et PME) renforcé par un système de solidarité des grandes entreprises devrait permettre aux salariés des TPE et PME d’accéder plus facilement à la formation professionnelle.

La simplification de la formation professionnelle pour les entreprises

La réforme de la formation professionnelle prévoit l’instauration d’une cotisation unique au lieu des deux, existant aujourd’hui, et ce sans augmentation du taux de cotisation. De même, la collecte sera confiée exclusivement à l’URSAFF, ce qui simplifiera les démarches administratives. 

Faciliter l’élaboration du plan de formation et favoriser l’innovation numérique

Pour encourager les formations innovantes mais aussi pour rendre ces formations plus efficientes, les règles encadrant l’élaboration d’une formation seront simplifiées et épurées, avec la disparition de certaines contraintes jugées inutiles. L’innovation numérique sera favorisée notamment avec les MOOC ou l’e-learning.

Cette réforme de la formation professionnelle est ambitieuse et devrait donc libérer l’innovation (pédagogique notamment) des entreprises mais aussi répondre aux aspirations de chacun et chacune. C’est le moment de se positionner, en accédant aux nouvelles opportunités offertes par cette loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, alors renseignez vous!

2 commentaires sur “Réforme de la formation professionnelle : le panorama des principaux changements à venir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.