La formation professionnelle est-elle accessible à toutes et tous ?

Le titre est certes quelque peu provocateur, mais la question se pose réellement. Malgré les efforts entrepris, on constate encore trop souvent une inégalité d’accès à la formation continue entre les salariés ayant une qualification supérieure, et ceux avec un très faible niveau de qualification (ou même sans qualification). Le constat est dressé, et des solutions sont en cours de déploiement pour rendre l’utilisation du CPF encore plus égalitaire.

 

Pourquoi choisir la formation professionnelle pour son avenir professionnel ?

Engagée depuis plusieurs années, notamment avec la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, la Réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage s’est donnée pour objectif de « redonner le pouvoir » aux salariés eux-mêmes. Chacune et chacun doit pouvoir choisir plus librement son parcours de profession afin de :

  • Sécuriser son parcours professionnel (avec une formation bureautique ou numérique notamment pour satisfaire aux exigences de toute entreprise en ce qui concerne les compétences numériques de ses collaborateurs),
  • Valoriser son expérience professionnelle, à travers un bilan de compétences, une validation des acquis de l’expérience ou l’obtention d’une certification professionnelle,
  • Optimiser le changement de métier en se formant à de nouvelles compétences, notamment grâce au CPF de transition.

Pour parvenir à ces objectifs ambitieux, la monétarisation du Compte personnel de formation permet désormais à chaque actif de mieux connaitre ses droits à formation, et le lancement de l’application Mon Compte Formation garantit la possibilité de choisir, s’inscrire et payer une formation continue en quelques clics seulement. (Retrouvez toutes les informations sur votre compte personnel de formation directement sur le site officiel).

 

L’appétence à la formation, quand l’envie est un moteur indispensable pour se former

Après quelques mois de fonctionnement, certains observateurs se félicitent du dispositif, tout en soulignant quelques freins ou obstacles, contre lesquels des améliorations doivent encore être proposées. Ainsi, l’égalité pour tous dans le choix de la formation n’est pas assurée pour des acteurs du secteur. En effet, les salariés à la plus faible qualification professionnelle ou sans qualification professionnelle n’ont pas l’envie, l’appétence à la formation. Cette formation professionnelle, qui pendant longtemps se présentait sous la forme de formations courtes de quelques jours, renvoie au parcours scolaire de chacun. En cas d’échec scolaire, la comparaison ne « donne pas envie », éloignant celles et ceux, qui en ont le plus besoin, d’un parcours destiné à les accompagner dans leur carrière professionnelle.

D’un autre côté, les salariés les plus qualifiés n’hésitent plus à choisir la voie de la formation continue pour « reprendre des études » ou pour conforter leur expérience professionnelle en cherchant à obtenir un diplôme. Les quelques jours de formation annuels se transforment ainsi en un choix d’une formation longue, pouvant conduire à l’obtention d’un diplôme reconnu par l’Etat, et en la matière, l’émergence de plateforme de E-learning a facilité cette nouvelle considération de la formation continue.

 

Formation courte ou longue, en inter ou intra-entreprise, la diversité des formations continues pour satisfaire toutes les attentes

Conscientes de ces inégalités face à la nécessité de se former tout au long de son parcours professionnel, les autorités publiques investissent massivement pour rendre ces formations plus accessibles à toutes et tous, et notamment à ceux, qui en sont le plus éloignés. Même sans qualification, le collaborateur de demain devra pouvoir répondre aux évolutions nées de la transformation digitale, mais aussi aux nouvelles exigences issues des nouvelles attentes des consommateurs (et la crise du Covid-19 souligne bien comment ces attentes peuvent avoir de lourdes conséquences sur le modèle économique des entreprises).

Proposer des formations courtes ou longues est une première réponse pour s’adapter à toutes les attentes, tout comme il sera nécessaire de s’adapter aux ambitions de chacun, depuis la formation d’une ou deux journées pour s’initier aux principaux outils numériques à la formation en entreprise pour maitriser une infrastructure ou un processus de gestion. Transformation digitale et transition écologique ont été déclarées comme les deux grandes priorités du gouvernement, notamment en matière de formation continue. Avec le CPF, cette volonté devrait se concrétiser rapidement dans les semaines et les mois à venir.

 

Et vous, quel est votre souhait en matière de formation continue ? Comprenez-vous cette inégalité face à un système pensé comme plus égalitaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *