Parcours de formation professionnelle : comment se décider ?

Chaque actif doit pouvoir librement choisir les formations continues, répondant à son projet professionnel. Ce principe fondateur du dispositif de formation professionnelle en France suppose également, qu’il faut bien connaitre les multiples possibilités qui s’offrent à nous. Pouvoir choisir librement ne signifie pas alors de choisir seul et sans aide, bien au contraire. C’est tout le rôle du conseil en évolution professionnelle (CEP), qui peut, à chaque stade de votre projet, vous guider et vous conseiller pour faire de vos choix une décision plus profitable.

 

Le droit à la formation, le besoin d’accompagnement pour utiliser son CPF

Parmi les objectifs du Compte Personnel de Formation (CPF), notamment depuis la dernière réforme mise en œuvre depuis 2018, l’autonomie de chaque actif dans l’élaboration d’un plan de formation personnalisé s’impose comme un des buts principaux à atteindre. Chacun doit pouvoir être acteur de son parcours de formation, et initier une consolidation de ses compétences et/ou connaissances ou alors engager une reconversion professionnelle, grâce au CPF de transition. Les salariés d’une entreprise comme les professions libérales, les indépendants comme celles et ceux en recherche d’emploi, doivent pouvoir être décisionnaire de leur parcours professionnel, et à ce titre mobiliser leur compte personnel de formation. C’est dans cet esprit, que le CPF a été monétarisé, afin de le rendre plus lisible, mais aussi qu’une application a été créée afin de pouvoir rechercher, s’inscrire et payer la formation professionnelle souhaitée en quelques clics. Chacun peut donc grâce aux outils dédiés au CPF faire le choix d’un parcours professionnel conforme à ses aspirations et envies, à condition de bien connaître ses objectifs d’une part et l’univers de la formation continue, de l’apprentissage et de l’enseignement supérieur d’autre part.

 

Le Conseil en évolution professionnelle (CEP), un acteur majeur dans l’accompagnement de chacun

Changer de métier et se reconvertir dans le domaine du numérique et du Web par exemple impose-t-il de privilégier les formations certifiantes de courte durée ? Ou faut-il s’engager dans un cursus diplômant auprès d’une plateforme de e-learning proposant ce genre d’études dans le Digital comme Webknowledge ? Ces questions exigent une approche individualisée, et force est de reconnaitre que nous n’avons pas tous les compétences pour identifier rapidement et de manière fiable les voies de formation à suivre pour atteindre son but. Il faut non seulement connaitre ses objectifs et ses ambitions, mais aussi être un spécialiste des attendus du marché du travail et des entreprises. C’et pourquoi, la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage a créé le Conseil en évolution professionnelle (CEP). Ce dernier est un expert en matière de compétences et de formation et peut donc apporter des réponses individualisées après un entretien avec la personne ambitieuse de s’engager dans un tel parcours de formation.

L’importance de ce CEP permet notamment de vérifier la compatibilité entre les actions de formation souhaitées et l’objectif à atteindre, mais aussi la pertinence d’une telle décision principalement en termes d’employabilité et de débouchés. C’est enfin ce conseiller, qui pourra accompagner l’apprenant dans le bouclage du financement de se formation.

 

Choisir son parcours de formation en toute sérénité avec le CEP

Conscient de l’importance du CEP, les autorités publiques ont même fait évoluer l’application CPF, afin que votre géolocalisation vous permette de trouver rapidement le CEP le plus proche de vous. Depuis la fin du mois de février, nous pouvons tous accéder à notre conseiller dédié en un seul clic, et c’est une évolution majeure, puisque chacun va enfin pouvoir prendre en compte la diversité des actions de formation.

Vouloir se former pour évoluer ou se reconvertir ne passe pas nécessairement par l’inscription à un parcours défini. Et votre conseil en évolution professionnelle pourra souligner la nécessité de s’engager dans une procédure de validation des acquis de l’expérience (VAE). Cette dernière pourra éventuellement ouvrir d’autres pistes de formations à suivre, qui étaient jusque-là inenvisageables. Et pour les indécis ou ceux préparant leur projet de reconversion notamment, le CEP sera force de proposition pour entamer un bilan des compétences, afin d’étudier la faisabilité et la cohérence de votre projet professionnel. VAE et bilan de compétences apparaissent également comme deux actions de formation, éligibles au financement par le CPF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *