La VAE, un tremplin pour optimiser son parcours professionnel

Au-delà des actions de formation traditionnelles, tout actif doit aussi pouvoir faire valider les connaissances et compétences acquises au cours de ses multiples activités professionnelles. La validation des acquis de l’expérience (VAE) permet de traduire ces acquis par l’obtention d’une certification professionnelle, reconnue de tous.

 

La reconversion professionnelle, un enjeu pour les salariés/salariées et les demandeurs d’emploi

 

Les attentes des actifs pour se reconvertir sont de plus en plus nombreuses, et la tendance s’est encore accélérée depuis le début de la crise sanitaire. En effet, chaque secteur d’activité a été plus ou moins impacté par cette période complexe, certains étant désormais en grande difficultés, alors que d’autres sont caractérisées par l’apparition de nouvelles compétences, notamment dans le domaine du numérique et de l’informatique au sens large. Chaque demandeur d’emploi doit tenir compte de cette situation professionnelle pour envisager un avenir à sa vie active. Et de nombreux actifs ont également pris conscience que leur activité salariée impliquait de se former. La reconversion professionnelle est devenue une priorité comme l’attestent notamment les chiffres concernant le bilan de compétences. Plus de 50.000 ont été financés en 2020 grâce au compte personnel de formation (CPF) contre 33.000 seulement en 2019, faisant de ce bilan la 3ème formation la plus demandée.

 

La validation des acquis de l’expérience (VAE), un socle pour se reconvertir

 

Si la formation professionnelle s’impose comme la voie privilégiée pour renforcer l’évolution professionnelle de tout un chacun, les activités professionnelles de chaque actif représentent aussi une manière d’acquérir de nouvelles compétences et connaissances. Valider ses acquis peut alors être une solution pour officialiser cette montée en compétences. L’insertion professionnelle nécessite en effet de dépasser la simple question de la formation initiale et continue et de s’intéresser aussi au niveau de qualification réelle de chacun des collaborateurs. Parce que la formation tout au long de sa vie professionnelle est devenue un socle des différentes activités professionnelles, parce que les acquis par le biais des expériences professionnelles ne sont pas officiellement reconnus, demander la validation des acquis de l’expérience professionnelle (VAE) ou même la validation des acquis professionnels (VAP) constitue une véritable action de formation professionnelle continue.

Cela permet d’obtenir un diplôme et une certification professionnelle. Faire une VAE permet de faire valider les acquis en obtenant notamment un certificat de qualification professionnelle (CQP), inscrit au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles). Valider les acquis constitue bien une officialisation reconnue de tous du développement des compétences.

 

Le compte personnel de formation (CPF) et autres financements pour faire valider vos compétences

 

Action de formation continue, le dossier de candidature pour une VAE est strictement encadré notamment par les textes de la loi de modernisation sociale. Le parcours de formation avant de pouvoir passer devant le jury VAE est long et nécessite une forte mobilisation personnelle. Obtenir la certification souhaitée constitue aussi un coût, et la question de la prise en charge financière se pose. Si des financements spécifiques peuvent être proposés notamment par Pôle Emploi ou par le Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), tout actif peut aussi mobiliser son compte personnel de formation (CPF) ou même le CPF de transition (pour changer de métier notamment) pour financer tout ou partie de cette démarche de validation.

 

Faire valider son dossier VAE : comment faire ?

 

Introduire un dossier de validation des acquis de l’expérience nécessite une longue préparation. Si chacun peut retrouver les informations générales sur le site officiel du gouvernement consacré à la VAE, il sera néanmoins profitable de se faire accompagner par un certificateur reconnu spécialisé en fonction de la certification souhaitée, comme l’Institut F2I notamment pour les compétences informatiques.

 

Qui peut demander une VAE ?

actif pouvant justifier d’une année d’expérience (en continu ou non) soit 1607 heures peut introduire une telle demande de validation auprès d’un organisme certificateur.

 

Quelle est la durée d’une telle démarche ?

Avant la décision du jury de validation, il peut s’écouler entre 6 et 12 mois. Sauf situations spécifiques, le salarié peut bénéficier d’un congés individuel VAE de 24 heures.

Quelles sont les grandes étapes d’une Validation des acquis de l’expérience ?

3 grandes étapes sont à distinguer.

  1. L’introduction de la demande (ou dossier de recevabilité) consiste à juger de la recevabilité ou non de la demande.
  2. La préparation du dossier consiste à lister les expériences professionnelles et à les traduire en compétences en connaissances et compétences. C’et une véritable enquête, impliquant un investissement personnel important. Un accompagnement VAE peut être nécessaire (mais pas obligatoire)
  3. Le passage devant le jury peut consister en un entretien de validation mais aussi par une mise en situation professionnelle. Le jury peut se prononcer pour une validation totale (Le jury délivre la certification et éventuellement le diplôme visé), une validation partielle ou un rejet de la demande.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *