CPF de transition : pourquoi les métiers du Web sont-ils fortement concernés ?

En instaurant le CPF de transition, le législateur a souhaité offrir la possibilité à chacun de changer de métier au cours de son parcours professionnel. Si de nombreux salariés se sont emparés de ce droit à la mobilité professionnelle, ils sont nombreux à avoir choisi de se reconvertir dans un des secteurs les plus porteurs en matière d’emploi : les métiers du Web.

 

A quoi sert exactement le CPF de transition ?

Anciennement désigné sous l’acronyme de CIF (Congés individuel de Formation), le CPF de transition doit permettre au salarié de se former pour se qualifier et/ou se reconvertir. Ouvert sous conditions à tous les actifs – ces conditions changent en fonction du statut notamment -, ce projet de transition professionnelle autorise les salariés à se former, tout en étant rémunéré, même si la formation n’a aucun rapport avec l’activité du salarié. Pour pouvoir y prétendre, le postulant doit pouvoir attester d’une activité salariée d’au moins deux ans dont au moins une année dans la même entreprise.

A condition de respecter un certain formalisme, la demande ne peut être refusée par l’employeur, qui peut cependant la différer en raison de motifs économiques légitimes. Pour pouvoir mettre en œuvre son CPF de transition, le salarié doit faire la demande auprès de la commission paritaire interprofessionnelle régionale (CPIR) dont il dépend.

L’esprit du CPF de transition s’inscrit dans l’ambition de la réforme portée par la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel de 2018, en donnant la possibilité à chacun de changer de métier au cours de sa carrière professionnelle.

 

Les métiers du Digital, un secteur porteur pour le CPF de transition

La validité et la pertinence d’un tel projet de transition professionnelle sont évalués par la CPIR en fonction de multiples critères. Parmi ces derniers, l’employabilité reste un socle fondamental, puisque la formation envisagée doit faciliter la reconversion du salarié. En d’autres termes, à l’issue de sa formation, le salarié doit pouvoir retrouver un nouvel emploi dans un délai raisonnable. Et les métiers du Digital s’imposent alors parfaitement adaptés à ces ambitions de reconversion. Non seulement, la digitalisation de nos économies a induit l’apparition de nouvelles exigences numériques au sein de toutes les entreprises, mais elle a aussi fait apparaître de nouveaux métiers pour accompagner ce développement 2.0.

En fonction de sa formation initiale, de son expérience professionnelle et de ses aspirations, chaque salarié peut ainsi vouloir changer de métier pour participer à cette transformation digitale. De la formation courte pour appréhender les outils et les méthodes DevOps à la reprise d’études pour obtenir un titre d’Architecte Web (un diplôme reconnu comme Bac +5) en e-learning, la formation professionnelle continue répond aux attentes de chacun, quel que soit son niveau et sa spécialité.

Non seulement, les formations continues liées à ces métiers du numérique constituent une forte demande en ce qui concerne les CPF de transition, mais elles constituent aussi un renforcement et une montée en compétences des salariés, puisque les formations dispensées se révèlent bénéfiques pour renforcer le parcours professionnel de chacun. Pour le salarié, l’essentiel sera alors de bien s’orienter en choisissant la spécialité et donc la formation professionnelle la plus conforme à ses ambitions. Pour se décider dans les meilleures conditions, chaque postulant pourra alors s’engager dans la voie d’un bilan de compétences, afin de définir précisément son projet de reconversion ou au moins se renseigner auprès du Conseiller en évolution professionnelle (CEP), dont il dépend.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *