Pourquoi et comment la monétarisation du CPF de transition doit simplifier l’accès à la formation ?

Depuis le 1er janvier 2019, le Compte Personnel de Formation est géré en euros et non plus en heures comme c’était le cas jusque-là. Un changement, qui implique de nombreuses évolutions tant pour les salariés que pour les acteurs de la formation professionnelle.

Compte personnel de Formation et CPF de transition , une monétarisation simplificatrice

La création du CPF de transition et la profonde réforme du Compte personnel de Formation, toutes deux entrées en vigueur au 1er janvier 2019, ont posé les nouvelles bases de cette formation professionnelle et de l’apprentissage. La monétarisation fait partie des modifications les plus visibles. En ce début d’année, les comptes des salariés pour leur formation continue notamment ont donc été modifiés. Les heures cumulées jusque-là ont été transformées en euros. La monétarisation du CPF de transition est destinée à simplifier la compréhension des droits à formation pour le salarié mais aussi à rendre plus aisé et facile la mobilisation de ce CPF de transition, lorsque le salarié souhaitera organiser sa reconversion professionnelle.

Lorsque l’application mobile sera disponible (à l’automne prochain à en croire les autorités publique), chacun pourra prendre compte des formations qui lui sont accessibles avec une unité de compte du CPF de transition (les euros) similaire à celle caractérisant le coût de ces formations.

Combien coûte une heure de formation avec le CPF de transition ?

Mais avant de pouvoir analyser si les salariés sont séduits par cette monétarisation de leur compte personnel de formation et s’ils sont attirés par la monétarisation de leur CPF de transition, il a fallu, dans les premières heures de l’année, effectuer la bascule. Les comptes, gérées en heures au 31 décembre 2018, devaient donc être libellés en euros quelques jours plus tard. La question de la valorisation de ces heures de formation a suscité de nombreux débats

Les discussions, au cours de l’année 2018, ont mis à jour de nombreuses problématiques, et pourtant tous les acteurs de la formation professionnelle ont donc du s’entendre.  A l’origine, le taux de conversion a été défini à 14.28 euros. Pour des raisons de simplification et de clarté, le taux de conversion a été fixé cependant à 15 € par heure.  En pratique, les salariés, qui disposaient de 10 heures sur leur compte en 2018 ont vu le solde de leur CPF de transition passer à 150 € au 1er janvier 2019.

Pour justifier de ce taux de 15 € de l’heure, le Ministère du Travail a fait savoir que cela correspondait au coût moyen de formation pour les salariés et les demandeurs d’emplois.

L’alimentation en euros du CPF de transition, de nouvelles règles simplifiées

Les règles d’alimentation du Compte Personnel de Formation ont-elles-aussi été simplifiées. Chaque année, les salariés travaillant plus de 50 % du temps légal et les indépendants verront leur compter alimenter de 500 € au titre de l’année N-1. (800 € pour certaines catégories de salariés.). Dans tous les cas, le solde du CPF est limité à 5.000 € (ou 8.000 €)Les salariés, travaillant moins d’un mi-temps, verront cette alimentation proratisée en fonction de leur temps de travail. Les abondements du CPF de transition sont d’ores et déjà autorisés par la loi, même s’il faudra attendre 2020 pour voir le dispositif se généraliser. Ces abondements peuvent résulter d’accords de branche, d’entreprises, ….

Chacun pourra mobiliser son CPF pour « payer » les frais pédagogiques et de validation des formations suivies. Les autorités publiques ont déjà fait savoir, que la liste (et les prix) des formations accessibles serait scrupuleusement surveillée et encadrée. Il faudra toutefois attendre la fin de l’année pour pouvoir le vérifier de manière concrète.

Voilà donc, comment la monétarisation du Compte personnel de formation, incluant le CPF de transition, doit rendre l’accès à la formation professionnelle bien plus simple et compréhensible pour les salariés. Les acteurs du secteur s’alarment toutefois de cette année 2019, qui représente une année de rodage du dispositif, et qui pourrait finalement marquer un net recul des heures de formations dispensées.

Et vous, estimez-vous que cette monétarisation simplifie l’accès à la formation ? Quelles sont, selon vous, les évolutions à adopter pour rendre le CPF de transition encore plus compréhensible et facile à mobiliser ?